• Présentation

    Mbellacadiao est une Communauté rurale (CR) située dans l'Arrondissement de Diakhao (Département et Région de Fatick). Localisée sur la route nationale n°1, Mbellacadiao se trouve sur la rive gauche du fleuve Sine.

    Mbellacadiao est composée de dix sept (17) villages officiels qui regroupent une population d’environ 20 000 habitants. Ces populations, réparties sur une superficie de 142 km², sont essentiellement de l’ethnie sereer (80%) mais aussi des groupes peulh (13%) et wolof (5%). La densité dépasse donc les 125 habitants/km². Le climat y est chaud et relativement sec avec une saison des pluies assez courte. Les sols sont constitués de sable, limon et de vase souffrant d’un fort taux de salinisation (tannes). Ces tannes sont souvent inhabitées et impropres à l’agriculture. La pluviométrie est faible et irrégulière (400 à 600 mm/an). La végétation est marquée par une alternance de steppe et de savane arborée, la mangrove et les tannes le long des berges du Sine.

    L’économie est basée sur une agriculture essentiellement vivrière (mil, maïs, …) malgré l’existence de cultures de rente (arachide), de maraîchage et de l’arboriculture. La pluviométrie faible et irrégulière (400 à 600 mm/an), la pauvreté des sols (la moitié, du territoire de la communauté rurale, est occupée par des terres salées impropres à l’agriculture), la vieillesse des équipements et pratiques culturales, les difficultés d’accès aux intrants, la faiblesse des rendements, l’absence de magasin de stockage, etc. sont les difficultés du secteur agricole. En complément vient l’élevage (bovin, caprin, ovin et équin) qui éprouve de grosses difficultés à cause de la forte pression exercée sur les terres, des vols de bétails et conflits entre paysans et éleveurs. La pêche, presque insignifiante, et l’activité artisanale, essentiellement orientée vers la production du sel, sont peu génératrices de revenus et servent principalement à la consommation. Le commerce y occupe une place relativement importante avec l’existence d’un marché hebdomadaire (louma) qui permet d’écouler l’essentiel des produits agricoles et du bétail. L’industrie y est absente.

    Les équipements et services sont déficitaires en ce qui concerne la santé et l'hygiène. Il s’y ajoute une insuffisance des réseaux d'adduction d'eau et des difficultés liées à la maintenance des équipements hydrauliques. L’accès à l’eau potable est effectif pour 95 % de la population même si la forte teneur en sels et en fluor joue sur la qualité. La non scolarisation et l’analphabétisme sont des problèmes majeurs bien que Mbellacadiao compte plusieurs écoles élémentaires et un collège d’enseignement moyen. Les équipements de vie communautaire (jeunesse, loisirs, culture, …) sont insuffisants et souvent non fonctionnels. Mbellacadiao est également confronté à un niveau d’enclavement extrême puisque la seule route bitumée disponible traverse le sud de la communauté rurale pour aller vers Kaolack. Aucune piste aménagée, mémé en latérite, ne relie Mbellacadiao à un arrondissement, département ou au chef lieu de région. Les sentiers utilisés sont impraticables en période hivernale. L’électrification, les infrastructures de communication et de télécommunications sont limitées au chef lieu de la communauté rurale.

    Les acteurs économiques sont surtout une coopérative rurale, une dizaine de groupements d’intérêt économique (GIE), une cinquantaine de groupements de promotion féminine (GPF). L’ensemble du secteur économique est confronté au déficit des moyens d’exploitation, aux difficultés d’accès au crédit, au faible niveau d’équipement, de formation et d’organisation des acteurs.

    Un Conseil rural de quarante six (46) membres assure l’administration de la CR avec des pouvoirs assez étendus, issus notamment de la décentralisation.