• Collège d'Enseignement Moyen

     

    Les élèves qui réussissaient à l’entrée en 6e et au BFEM, se retrouvaient à Fatick où dans d’autres localités. Ils étaient coupés de leurs familles qui, du reste, avaient souvent des difficultés à payer les coûts de leur prise en charge. Les difficultés de la vie d’un collégien au village étaient nombreuses (marcher 3 à 7 km par jour pour suivre les enseignements, rester sans repas ou manger des repas de fortune, retards répétés, …). Elles étaient la cause d’abandons et/ou d’échecs scolaires. 

    Pour répondre à la demande scolaire, un collège d’enseignement moyen a été érigé en 2003 à Mbellacadiao. Il visait à augmenter l’offre scolaire et à permettre aux élèves de la communauté rurale et des alentours de poursuivre et de réussir leur scolarité. Le collège compte actuellement six (6) salles de classes fonctionnelles - dont l’une est utilisée comme salle informatique - pour l’accueil de huit cent trois (803) élèves. Aujourd’hui le le CEM de Mbellaadiao est le 4e plus grand CEM de la région de Fatik en termes d’effectifs. 

    Cette population scolaire est répartie en quinze (15) classes pédagogiques. Cela implique un nomadisme à cause du manque de salles de classe et de bureaux pour l’administration ainsi qu’une absence d’infrastructures et de matériel adéquats notamment pour les enseignements scientifiques. Toutes choses qui sont à l’origine de retards sur le programme scolaire du fait de la réduction du volume horaire de certains enseignements et de grèves cycliques des élèves. Face à cette situation, l’administration de l’établissement s’est rabattue sur des abris provisoires. Ceux-ci, sans répondre aux normes de sécurité ou de confort pour un enseignement de qualité, ne suffisent pas à résorber le déficit. Selon les estimations faites par le Planificateur de l’Inspection d’Académie, le CEM de Mbellacadiao a atteint les 1200 élèves en octobre 2010, d’où la nécessité de construire de nouvelles classes.

    Le CEM  a envoyé, en classes  de 2e dans les lycées de Fatik, Diakhao et Niakhar, plus de 150 élèves sur les deux dernières années. C‘est dire que le potentiel pour ériger le CEM en lycée existe et que le seul obstacle demeure l’insuffisance des infrastructures et équipements.Cela justifie le projet des populations d'avoir un lycée moderne et à la capacité d'accueil suffisante avant 2015.


    Plus d'informations http://www.mbellacadiao.edu.sn